L’architecture, le patrimoine et l’urbanisme comme thèmes de recherche

LE FAMILSITÈRE DE GUISE À LA CITÉ DE L'ARCHITECTURE ET DU PATRIMOINE

Dans le cadre de l’enrichissement de la collection de la Galerie Moderne et Contemporaine, la Cité de l’Architecture et du Patrimoine a mis en salle il y a quelques semaines un ensemble de maquettes explicitant le Familistère de Guise, utopie sociale et réalisation emblématique dans l’histoire du logement social. Expérience sociale autant qu’urbaine, conçue en référence au phalanstère de Fourier, cet ensemble d’immeubles d’habitation et de services construit entre 1859 et 1884 par Jean-Baptiste André Godin à proximité de l’usine pour en loger les ouvriers, se devait en effet de trouver  place dans la Galerie Moderne et contemporaine. 


Cette fois encore, j’ai été en charge de la conception, de la préparation et du suivi de réalisation de cette série de trois maquettes, qui, dans mon parcours, fait bien sûr écho aux maquettes du Familistère et du Pavillon central dont j’ai déjà eu à m’occuper. Mais l’enjeu était autre, car autant les maquettes réalisées pour le Familistère de Guise avaient pour but d’expliciter le bâtiment « in-situ », autant il s’agissait ici de faire comprendre le Familistère par la maquette uniquement, en l’intégrant aux présentations de la Cité consacrées à l’histoire du logement.

Après étude de plusieurs scénarios de maquettes possibles, il a été choisi de faire réaliser trois maquettes complémentaires : 

  • Une maquette au 1/100ème de l’ensemble des trois bâtiments de logements et services formant le cœur du Familistère, à savoir le Pavillon central et ses ailes Est et Ouest. L’idée est de chercher à montrer au mieux par cette maquette d’une part l’organisation intérieure de ces bâtiments autour de cours couvertes, centres de la vie sociale des pavillons, avec leurs coursives de dessertes des appartements et leurs verrières, mais aussi, d’autre part, leur liaison directe, l’ensemble formant une vraie petite ville. A cette fin, les trois cours couvertes sont visibles à travers les verrières transparentes et un écorché sur une des ailes permet de voir en plan coupé et en coupe le principe des appartements standards et répétitifs, distribués par les coursives des appartements cours couvertes.


  • Une maquette de plan masse au 1/2000ème de l’ensemble du Familistère de Guise permettant de situer les bâtiments du Familistère par rapport à la ville de Guise et à l’Usine Godin, réalisée sur la base des plan et en vue perspective dans «Solutions sociales» par Jean-Baptiste André Godin, ouvrage paru en 1871. Le cadrage de la maquette inclut, au sud de la maquette, une partie de la ville de Guise, pour montrer comment les bâtiments du Familistère ont été construits en bordure de la ville, sans chercher à s’y raccrocher et comment leur composition urbaine, inspirée du Phalanstère de Fourier et du Palais de Versailles, s’oppose au tissu ancien.


  • Une maquette au 1/33ème d’un appartement type du pavillon central, ou plus exactement un module standard de deux appartements de deux pièces pouvant être regroupés pour former un quatre pièces. 


Cet ensemble venant se placer sur les tables cimaises, le long du mur, entre l’ensemble des trois immeubles parisiens (Immeuble Haussmannien, Perret et Roux-Spitz) et l’immeuble de la rue des Amiraux de Sauvage, échelles et matériaux (bois, plâtre, métal et polyuréthane peint pour les parties en couleur) ont été déterminés en fonction de ceux déjà utilisés pour les autres maquettes du thème. 

Les maquettes ont été fabriquées par l’atelier de maquettes de l’ETSAV à Barcelone, dont on a déjà vu à travers les pages de ce blog de nombreuses et fantastiques réalisations.

Exemples de documents établis pour la réalisation de la maquette au 1/100ème
Exemples de documents établis pour la réalisation de la maquette au 1/2000ème


Travaux en tant que collaborateur

INSTALLATION D'AFTER OLYMPIA SUR LE PARVIS DE LA DÉFENSE

Longtemps reléguée à l’écart, cachée derrière le CNIT, «After Olympia», œuvre monumentale d’Anthony Caro, a pris place ce premier week-end de Février 2016 sur le parvis de la Défense, face à l’Arche.


Ce nouvel emplacement s’inscrit dans la logique d’organisation de la collection et des parcours de visite établis par le projet de mise en valeur des œuvres d’art de la Paris La Défense Art Collection, projet que je suis en tant qu’architecte assistant chef de projet pour l’agence Frenak + Jullien. Les prochaines étapes de ce projet seront le lancement de nouveaux chantiers de restauration, la mise en place des cartels des œuvres et enfin leur mise en lumière et l’aménagement de nouveaux socles.

Sous la direction de Clémentine Roméo, chef de projet Defacto, cette installation spectaculaire a d’abord nécessité la réalisation de renforts structurels afin que la dalle de la Défense puisse recevoir les 20 tonnes réparties sur les 23,50 mètres d’«After Olympia», puis tout le savoir-faire des équipes d’Axal-Artrans pour le retour d'«After Olympia» depuis l'atelier de restauration A-Corros à Arles et la mise en place précise et définitive des 4 éléments qui la composent.



Article du Parisien sur le retour d'After Olympia
Film sur la mise en place d'After Olympia sur le site de Defacto

L’architecture, le patrimoine et l’urbanisme comme thèmes de recherche


CINQ NOUVELLES MAQUETTES POUR LE FAMILISTÈRE DE GUISE

Ce 31 Mai 2014 ont ouvert au Familistère de Guise douze nouvelles salles d’exposition dans le Pavillon central du Familistère de Guise. Sous la direction de Frédéric Panni, conservateur du patrimoine responsable du Familistère de Guise, ce projet, conçu et réalisé par Catherine Frenak et Béatrice Jullien, architectes muséographes, complète les aménagements du Pavillon central commencés en 2006 par la même équipe.


Cette nouvelle phase du projet comprenait l’extension de la section consacrée aux "Machines à habiter ensemble des XXe et XXIe siècle". Cinq nouvelles maquettes au 1/100ème, que j'ai conçues et qui ont été réalisées par l'atelier de maquettes de l’Escola Tècnica Superior d'Arquitectura del Vallès à Barcelone sous la direction d'Angel Garcia, viennent s'ajouter aux deux maquettes du Narkomfin de Ginzburg à Moscou et de l'Unité d'habitation de Le Corbusier à Firminy, réalisées en premier phase du projet. Accompagnées d'une grande frise graphique, elles forment désormais une collection d'architectures d'habitat collectif conçues dans l'esprit du modèle familistérien. Ces cinq nouveaux exemples sont le quartier Spangen à Rotterdam par Michiel Brinkman, le Siedlung Halen à Berne par Atelier 5, la Nakagin Capsule Tower à Tokyo par Kisho Kurokawa, Walden 7 à Barcelone par Ricardo Bofill et Tietgen Dormitory à Copenhague par Boje Lundgaard et Lene Tranberg.

Dans le prolongement de ma participation à ce projet dans sa première phase, ma mission a consisté, comme pour les maquettes du Narkomfin et de l’Unité d’Habitation de Firminy et après avoir participé à la sélection des exemples et à l'organisation de la section, à regrouper les informations nécessaires à la réalisation des maquettes auprès des diverses agences ou dans les fonds d’archives, puis à établir un projet de maquette pour chaque bâtiment, en restant dans la logique de ce qui avait été fait pour le Narkomfin et l’Unité d’Habitation.

Nouveauté cette fois, pour faciliter la lecture des maquettes et la comparaison entre les différents projets, les circulations communes dans les bâtiments ont été soulignées en orange. Les maquettes blanches du Narkomfin et de l’Unité d’Habitation ont d’ailleurs été reprises pour être adaptées à ce nouveau principe.

Nouveauté encore, une frise graphique composée de coupes, d’axonométries et de données importantes pour la comparaison entre les projets (situation, programme, nombre de logements, services communs, etc…) et intégrant le Familistère de Guise a pris place sur le mur central qui traverse la section. Il manquait en effet à la série de maquettes un élément complémentaire de décryptage des objets basé sur la comparaison entre les bâtiments et tout particulièrement explicitant la logique de vie commune suscitée par les services communs proposés. Dans le prolongement de ma mission de concepteur des maquettes, j’ai donc aussi réalisé les dessins qui composent cette frise.

  
Palais social du Familistère de Guise

  
Quartier Spangen de Michiel Brinkman à Rotterdam

Narkomfin de Ginzburg à Moscou
  
Siedlung Halen d'Atelier 5 à Berne
  
Unité d'habitation de Le Corbusier à Firminy
  
Nakagin Capsule Tower de Kisho Kurokawa à Tokyo
  
Walden 7 de Ricardo Bofill à Barcelone
 


Tietgen Dormitory par Lundgaard et Tranberg à Copenhague