L’architecture, le patrimoine et l’urbanisme comme thèmes de recherche

LE FAMILSITÈRE DE GUISE À LA CITÉ DE L'ARCHITECTURE ET DU PATRIMOINE

Dans le cadre de l’enrichissement de la collection de la Galerie Moderne et Contemporaine, la Cité de l’Architecture et du Patrimoine a mis en salle il y a quelques semaines un ensemble de maquettes explicitant le Familistère de Guise, utopie sociale et réalisation emblématique dans l’histoire du logement social. Expérience sociale autant qu’urbaine, conçue en référence au phalanstère de Fourier, cet ensemble d’immeubles d’habitation et de services construit entre 1859 et 1884 par Jean-Baptiste André Godin à proximité de l’usine pour en loger les ouvriers, se devait en effet de trouver  place dans la Galerie Moderne et contemporaine. 


Cette fois encore, j’ai été en charge de la conception, de la préparation et du suivi de réalisation de cette série de trois maquettes, qui, dans mon parcours, fait bien sûr écho aux maquettes du Familistère et du Pavillon central dont j’ai déjà eu à m’occuper. Mais l’enjeu était autre, car autant les maquettes réalisées pour le Familistère de Guise avaient pour but d’expliciter le bâtiment « in-situ », autant il s’agissait ici de faire comprendre le Familistère par la maquette uniquement, en l’intégrant aux présentations de la Cité consacrées à l’histoire du logement.

Après étude de plusieurs scénarios de maquettes possibles, il a été choisi de faire réaliser trois maquettes complémentaires : 

  • Une maquette au 1/100ème de l’ensemble des trois bâtiments de logements et services formant le cœur du Familistère, à savoir le Pavillon central et ses ailes Est et Ouest. L’idée est de chercher à montrer au mieux par cette maquette d’une part l’organisation intérieure de ces bâtiments autour de cours couvertes, centres de la vie sociale des pavillons, avec leurs coursives de dessertes des appartements et leurs verrières, mais aussi, d’autre part, leur liaison directe, l’ensemble formant une vraie petite ville. A cette fin, les trois cours couvertes sont visibles à travers les verrières transparentes et un écorché sur une des ailes permet de voir en plan coupé et en coupe le principe des appartements standards et répétitifs, distribués par les coursives des appartements cours couvertes.


  • Une maquette de plan masse au 1/2000ème de l’ensemble du Familistère de Guise permettant de situer les bâtiments du Familistère par rapport à la ville de Guise et à l’Usine Godin, réalisée sur la base des plan et en vue perspective dans «Solutions sociales» par Jean-Baptiste André Godin, ouvrage paru en 1871. Le cadrage de la maquette inclut, au sud de la maquette, une partie de la ville de Guise, pour montrer comment les bâtiments du Familistère ont été construits en bordure de la ville, sans chercher à s’y raccrocher et comment leur composition urbaine, inspirée du Phalanstère de Fourier et du Palais de Versailles, s’oppose au tissu ancien.


  • Une maquette au 1/33ème d’un appartement type du pavillon central, ou plus exactement un module standard de deux appartements de deux pièces pouvant être regroupés pour former un quatre pièces. 


Cet ensemble venant se placer sur les tables cimaises, le long du mur, entre l’ensemble des trois immeubles parisiens (Immeuble Haussmannien, Perret et Roux-Spitz) et l’immeuble de la rue des Amiraux de Sauvage, échelles et matériaux (bois, plâtre, métal et polyuréthane peint pour les parties en couleur) ont été déterminés en fonction de ceux déjà utilisés pour les autres maquettes du thème. 

Les maquettes ont été fabriquées par l’atelier de maquettes de l’ETSAV à Barcelone, dont on a déjà vu à travers les pages de ce blog de nombreuses et fantastiques réalisations.

Exemples de documents établis pour la réalisation de la maquette au 1/100ème
Exemples de documents établis pour la réalisation de la maquette au 1/2000ème


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire